RPA, assistant virtuel, assistant digital... un concept avec des nuances.

Février 2021 - Lee-Diane Shanker, web rédactrice pour TED


Qu’est-ce qu’un “robot” en 2021 : un robot ménager, un assistant personnel de maison, ou encore un humanoïde inspiré par Georges Lucas ? Depuis près d’un siècle, les robots s'installent progressivement dans notre quotidien. Au travail, le “robot” est un assistant implanté dans notre ordinateur, exécutant automatiquement des tâches définies dans le but de nous faire économiser du temps. Ce dernier, appelé communément “RPA”, est en voie de démocratisation, aussi bien dans les grandes entreprises que les PME (Petites et moyennes entreprises).


Gartner, l’entreprise américaine de référence dans la recherche dans le domaine des techniques avancées, est optimiste sur l’avenir de la RPA* : D’ici 2021, les organisations réduiront leurs coûts opérationnels de 30% en combinant les technologies d’hyper-automatisation avec des processus opérationnels repensés.”


Ces perspectives radieuses de la RPA ouvrent des nouveaux marchés et des emplois subséquents. Cependant, pour un non-initié, il est facile de se noyer dans un vocabulaire incompréhensible pour le commun des mortels.


RPA, RDA, assistants virtuels ou digitaux… qui les emploie ?


Tous ces outils, censés nous faciliter la vie, sont synonymes à quelques nuances près cependant.


  • RPA : Robotic Process Automation. Ce sigle est utilisé dans le milieu des consultants du numérique et des programmateurs informatiques.

  • L’assistant virtuel est le terme grand public, employé par les usagers pour désigner un robot issu de la technologie RPA.

  • L’assistant digital est employé pour désigner une technologie avancée de robots intégrant l’intelligence artificielle (AI).

  • RDA : Robotic Desktop Automation. Ce sigle est peu employé bien qu’il s’agisse d’un outil fréquemment développé en particulier pour les tâches de back-office.


La RPA en bref


RPA signifie Robotic Process Automation, soit en français Automatisation Robotisée des Processus. Il s’agit d’une technologie de robot virtuel qui va accéder à des applications ou des logiciels, de manière à traiter des tâches répétitives et limiter le risque d’erreur.


En terme de conception, ces robots virtuels sont développés à l’aide de logiciels ou d’un langage de programmation (Java, Python, C#, .NET…). Ils sont exécutés soit, manuellement via leur logiciel source ou bien automatiquement déclenchés par des règles, appelées “trigger”.


Ces robots peuvent également évoluer dans un cloud et donc traiter des tâches à distance sans que l'ordinateur ne soit allumé.


Pour approfondir vos connaissances sur la RPA, nous vous invitons à consulter notre article Tout savoir sur la RPA.


L’assistant digital, une nuance relative à la RPA


Dans le langage courant, on parlera d’assistant virtuel pour désigner le robot issu de cette technologie. Cet assistant dématérialisé pourra interagir avec de multiples applications, accéder à des données pour réaliser une ou plusieurs tâches, simples ou complexes.


Cependant, l’application des règles à l’assistant virtuel reste binaire. Il n’utilise pas l’intelligence artificielle qui lui permettrait d’effectuer, par exemple, des interactions complexes avec l'être humain, à la différence de l’assistant digital abordé plus loin dans cet article.


A présent, il est même possible de développer son propre robot sans compétence particulière en code informatique. En effet, il existe sur le marché des outils qui ont été développés pour créer des robots LOW CODE ou encore NO CODE. En d’autres termes, on peut développer un robot en faisant des "glisser-déposer'' sur une interface dédiée et ainsi personnaliser son assistant virtuel (de même qu’aujourd’hui il existe des outils qui permettent de créer son site internet sans rédiger une seule ligne de code).


L’assistant digital, quelle différence avec l’assistant virtuel ?


D’une manière générale, l’assistant digital s’inscrit dans une démarche globale par les entreprises désireuses d’entamer une transformation numérique de leurs services.


Contrairement à l’assistant virtuel (RPA), l’assistant digital utilise 3 composantes de technologie avancée : l’intelligence artificielle, le traitement et la compréhension du langage naturel et le “Machine Learning”. Ces robots du futur (proche) ont pour ambition de comprendre, connaître et prédire des comportements humains.


En fonction de leur degré de technologie, il pourra traiter de multiples tâches et répondre à des questions complexes. L’assistant digital est capable de personnalisation dans des réponses lors d’une interaction avec un être humain.


Pour saisir la différence entre les deux assistants, l’assistant digital est capable d’automatiser des réponses à des questions même si une complexité survient (une question non programmée par exemple) alors que l'assistant virtuel ne pourra pas y répondre.


D’un point de vue budget, on estime que le développement d’un robot RPA coûte entre 3000 et 15000 euros. En revanche, une technologie de type assistant digital nécessitera plusieurs centaines de milliers d’euros à son déploiement. C’est actuellement le prix à payer pour y intégrer de l’intelligence artificielle.


RPA (Robotic Process Automation) vs RDA (Robotic Desktop Automation)


La RPA et la RDA sont toutes deux des solutions d’automatisation mais qui sont conçues pour deux types de tâches différentes.

Pour y voir plus clair, voici un tableau récapitulatif des principales fonctions de chacune:

Faire le choix entre la RPA et la RDA


La RPA et la RDA font toutes deux partie de l’automatisation intelligente. La différence que l’on retiendra est que la RPA est conçue pour avoir un minimum d’intervention et de supervision humaine dans le cadre d’une automatisation d’un processus global alors que la RDA nécessite une intervention humaine pour exécuter chaque tâche en particulier.


Pour une entreprise dont l’objectif principal est de réduire ses coûts, la RPA répond mieux à cette attente en optimisant la connectivité entre les systèmes existants, en automatisant les tâches répétitives des processus métiers, tout en faisant l’économie d’une intervention humaine.


Même si le coût de cette solution n’est pas anodin, les entreprises s’y retrouvent. Gartner a publié une étude qui démontre effectivement que la RPA apporte une valeur et un ROI (Return On Investment) plus élevé que prévu pour les entreprises qui investissent dans cette technologie.



L’équipe de TED reste à votre écoute.



* Fondée en 1979, l’entreprise américaine fournit des statistiques spécialisées et publie régulièrement les résultats de ses recherches


0 commentaire

Posts récents

Voir tout